Faire un don

Protestantisme

display(); ?>
  • Réforme et protestantisme en quelques dates

    «Si on nous apporte sous le titre de l'esprit quelque chose qui ne soit contenue en l'Evangile, ne le croyons pas.»

    Institution de la religion chrétienne, Jean Calvin

  • Réforme et protestantisme en quelques dates

    «Ainsi en est-il des reliques : tout y est si brouillé et confus, qu'on ne saurait adorer les os d'un martyr qu'on ne soit en danger d'adorer les os de quelque brigand ou larron, ou bien d'un âne, ou d'un chien, ou d'un cheval.»

    Traité des reliques, Jean Calvin

1517

1517
Cathédrale SAINT-PIERRE

31 octobre 1517 : Luther (1483-1546) proteste contre la pratique courante de l’Eglise à son époque de vendre le salut de l’âme contre de l’argent. Il publie les 95 thèses contre ces indulgences, qui marquent le début de la Réforme. «C'est une invention humaine, de prêcher que sitôt que l'argent résonne dans leur caisse, l'âme s'envole du Purgatoire vers le paradis. Ce qui est certain, c'est qu'aussitôt que l'argent résonne, l'avarice et la rapacité grandissent.» (Thèse 27-28)

1521

1521

18 avril 1521 : Sommé par le pape de retirer ses 95 thèses à la Diète de Worms, Luther refuse : «A moins d’être convaincu par le témoignage de l’Ecriture et par des raisons évidentes – car je ne crois ni à l’infaillibilité du pape, ni à celles des conciles, puisqu’il est établi qu’ils se sont souvent trompés et contredits – je suis lié par les textes bibliques que j’ai cités. Tant que ma conscience est captive de la Parole de Dieu, je ne puis ni ne veux rien rétracter, car il n’est ni sûr ni salutaire d’agir contre sa conscience.»

Cathédrale SAINT-PIERRE

1532 - 1536

1532 - 1536
Cathédrale SAINT-PIERRE
Cathédrale SAINT-PIERRE

1532-1536 : Guillaume Farel (1489-1565), prêche la Réforme à Genève. Le Conseil de la ville suspend la messe catholique. Farel fait appel au Français Jean Calvin (1509-1564) pour organiser la Réforme à Genève.

1536

1536
Cathédrale SAINT-PIERRE

21 mai 1536 : Les citoyens genevois adoptent la Réforme. Emancipée de l’évêque qui s’enfuit et du duc de Savoie, Genève devient une république.

1536-1559 : Calvin rédige les Ordonnances ecclésiastiques puis les Edits Civils qui serviront de Constitution à la nouvelle république. Genève devient la «Rome protestante».

 

1559

1559

1559 : Calvin fonde l'Académie de Genève – l’actuelle université. Conçue au XVIème siècle comme un séminaire théologique et humaniste, elle compte aujourd’hui parmi les 30 premières universités du monde.

 

Cathédrale SAINT-PIERRE

1572

1572
Cathédrale SAINT-PIERRE
Cathédrale SAINT-PIERRE

24 août 1572 : A Paris, massacre de la Saint Barthélémy. Des milliers de protestants fuient la France. Genève, déjà place de commerce internationale, devient une terre d’asile.

1598

1598
Cathédrale SAINT-PIERRE

30 avril 1598 : Le roi de France Henri IV, protestant converti au catholicisme, signe l’Edit de Nantes, qui accorde aux protestants des droits civils et celui de célébrer leur culte. Cet édit tente de pacifier les guerres de religion en France. L'Edit de Nantes sera révoqué par Louis XIV en 1685. Après l’Edit de Tolérance en 1787, Il faudra attendre la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (1789) pour que soit définitivement reconnue la liberté de conscience aux juifs et aux protestants.

1907

1907

30 juin 1907 : Les Genevois votent la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Depuis, l’Etat garantit le respect des cultes à l’intérieur d’une cité laïque et pluraliste.

Aujourd’hui, la cathédrale Saint-Pierre appartient à l’Eglise Protestante de Genève. Le bâtiment est entretenu par la Fondation des Clefs de Saint-Pierre. La Paroisse protestante de Saint-Pierre anime la vie spirituelle et communautaire.

La cathédrale abrite régulièrement des célébrations œcuméniques, interreligieuses et des concerts. Tous les 5 ans, les élus de la République et du canton de Genève viennent y prêter serment.

 

Cathédrale SAINT-PIERRE
Cathédrale SAINT-PIERRE

Les 6 fondements du protestantisme reformé

  • 01

    « Sola Christus / Christ seul »

    La Réforme a voulu et veut sans cesse revenir au message de Jésus tel qu’il est contenu dans le Nouveau Testament. «Seul Jésus-Christ est Seigneur» (Philippiens 2, 11). Aucun homme, aussi élevé soit-il dans la hiérarchie sociale ou ecclésiastique ne peut se substituer à lui. Tous les êtres humains, quels que soient leur condition sociale, leur origine ethnique, leur sexe, leur âge ont accès librement à lui. «En Christ, il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni libre, ni homme ni femme, car tous vous êtes un en Jésus-Christ.» (Ga 3, 20)

  • 02

    « Sola Scriptura / L’Ecriture seule »

    Pour les protestants, la Bible – Parole de Dieu – est le socle sur lequel repose leur foi, leur doctrine, et leur piété. Au XVIème siècle, les Réformateurs ont traduit la Bible du latin dans les langues populaires et l’ont diffusée grâce à l’imprimerie, la rendant accessible au peuple des fidèles. La méditation des Ecritures et la prédication de la Parole occupent une place centrale dans le culte protestant.

  • 03

    « Sola Gratia / La grâce seule »

    Au XVIème siècle, époque de la construction de la basilique Saint-Pierre de Rome, l’Eglise catholique vendait des «indulgences» que les fidèles pouvaient acheter pour obtenir des grâces de Dieu. Les Réformateurs se sont opposés à cette pratique, au nom du Dieu tel que Jésus-Christ le révèle, qui offre sa grâce sans condition. Nul besoin d’acheter l’indulgence de Dieu, ni son amour, puisque Dieu nous l’offre gratuitement. «Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils Jésus-Christ pour que quiconque croit en lui ne meurt pas mais qu’il ait la vie pour toujours» (Jean 3,16)

  • 04

    « Sola Fide / la foi seule »

    Devant la tentation d’acheter son salut avec de l’argent ou en faisant de «bonnes œuvres», les Réformateurs affirment que la foi, la confiance en Dieu suffit. «C’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi, et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu». (Ephésiens 2,8)

  • 05

    «Soli Deo Gloria / A Dieu seul la gloire»

    Ce verset du Nouveau Testament (Tm 1,17) est la devise la mieux partagée des protestants. Dieu seul est saint. Pas l’Eglise, ni l’institution, ni les bâtiments, ni le clergé, ni les saints. Dans la piété protestante, il n’y a donc pas de culte des saints, ni de la vierge Marie. Le culte est rendu à Dieu seul.

  • 06

    «Ecclesia reformata, semper reformanda est secundum verbum dei / L’Eglise réformée, à réformer sans cesse selon la Parole de Dieu»

    Pour les protestants, l’Eglise est une institution humaine sans cesse appelée à se transformer et à se laisser transformer par Jésus-Christ. Elle est jugée sur sa capacité à mettre en pratique la Parole de Jésus-Christ. «Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait». (Mt 25, 40)

Lieux communs sur le protestantisme

display(); ?>
  • « Les protestants ne croient pas en la vierge Marie ».

  • Le culte de Marie étant absent du Nouveau Testament, les protestants reconnaissent à Marie son statut de mère de Jésus-Christ et la révèrent comme d’autres personnages clefs de la vie du Christ – les disciples, les apôtres et les nombreuses femmes présentes dans les évangiles.

  • « Les protestants ont favorisé l’émergence du libéralisme ».

  • C’est la thèse de Max Weber développé dans son chef-d’œuvre L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Si responsabilité et liberté (d’agir, de croire, et d’entreprendre) sont en effet des principes sacrés dans l’esprit protestant, la justice sociale et la solidarité à l’égard des plus démunis, demeure comme pour tous les chrétiens, la base de l’éthique.

  • « Les protestants ne reconnaissent pas le pape ».

  • Jésus-Christ est le seul médiateur. Aucun être humain ne peut le représenter, l’incarner si ce n’est «le plus petit d’entre nos frères». «Chaque protestant est pape une bible à la main». La Parole de Dieu contenue dans les saintes Ecritures est la référence ultime, l’autorité suprême. Il n’en demeure pas moins que les protestants reconnaissent des autorités qui administrent la vie de l’Eglise de manière démocratique. Le Consistoire, une assemblée majoritairement composée de laïcs, exerce l’autorité dans l’Eglise protestante de Genève. Les pasteurs sont formés à l’université. Ils sont chargés d’interpréter et de transmettre les Ecritures, dans le culte et le service de tous. Ils peuvent se marier, mener une vie de famille en même temps que leur ministère pastoral. La première femme pasteure à Genève a été consacrée en 1943. Actuellement, la Compagnie des pasteurs et des diacres de Genève compte autant de femmes que d’hommes.

Cookies

This website uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies. Find out more